Minhinta, 29 ans

Enseignante à l’Institut de formation à l’entrepreneuriat rural et agricole (IFERA) de Yamoussokro en Côte d’Ivoire.

Programme de formations agricoles.

Afin de rompre le cycle de la précarité dans les milieux ruraux, l’IECD et ses partenaires mettent en œuvre au Cameroun (depuis 1992) et en Côte d’Ivoire (depuis 1998), un réseau de centres de formation professionnelle par alternance aux métiers de l’agriculture et de l’élevage. La formation permet à des jeunes de 13 à 25 ans d’acquérir les compétences nécessaires au démarrage de leur activité professionnelle.

« Originaire du nord de la Côte d’Ivoire, j’ai suivi une formation en économie et en gestion agropastorale à l’université de Korhogo. Depuis la classe de seconde, je rêve de me mettre au service de l’agriculture et de travailler en contact avec la nature. J’enseigne à l’IFERA depuis 2014, je me charge aussi de l’organisation des stages et des visites d’alternance pour accompagner les élèves pendant leurs stages. L’agriculture est pour moi un métier et un choix de vie. Sa vertu première et de permettre de nourrir toute une population, c’est un rôle vital en Afrique et en Côte d’Ivoire. L’agriculture n’est pas seulement réservée aux hommes. Beaucoup de femmes réussissent mieux que les hommes car elles s’investissent pour atteindre leurs objectifs. Les femmes gèrent aussi souvent mieux leur budget ! Ce que j’aime à l’IFERA, c’est que nous offrons une chance à tous les jeunes qui nous rejoignent et nous les accompagnons individuellement pendant trois ans. Les élèves ont la possibilité, grâce à l’alternance, de suivre beaucoup de cours pratiques en plus de la théorie. On leur donne vraiment une chance de réussir dans la vie ! »