• ACTUALITÉS

    SYRIE – FAIRE FACE AU COVID-19

Syrie : succès des formations en ligne pour les jeunes et réouverture des centres de l’IECD

DAMAS– 31 Mai 2020 – Fort d’une équipe de 40 personnes, l’IECD en Syrie a surmonté les conséquences de la crise sanitaire – dont la fermeture de ses centres de formation le 23 mars – en lançant des formations en ligne et en renforçant son accompagnement auprès des jeunes, des entrepreneurs et des familles. Dès le 15 mai, les centres ont pu progressivement rouvrir leurs portes aux jeunes et aux entrepreneurs. Explications de Nidal Bitar, directeur de l’IECD en Syrie.

Quel accompagnement l’IECD propose-t-il actuellement aux jeunes syriens ?

Les centres de Jaramana (banlieue Est de Damas) et celui de Sweida (Sud du pays) constituent des lieux sécurisés, où les jeunes peuvent s’épanouir et se former afin de trouver un emploi. Ils y reprennent confiance, y trouvent un soutien psychologique, la possibilité de se former à un large éventail de métiers techniques et, pour certains, une aide à la création de leur entreprise. Pour bon nombre d’entre eux c’est également l’occasion de pouvoir bénéficier du seul repas de la journée.

Comment les équipes ont-elles réussi à s’adapter à la situation des derniers mois pour permettre aux jeunes bénéficiaires de poursuivre leurs activités ?

Les formateurs ont poursuivi les cours en visioconférence. « Chaque jour de la semaine est consacré à l’apprentissage d’un nouveau cours. Nous avons pu ainsi poursuivre la préparation de nos projets. » se réjouit Thanaa, bénéficiaire de la formation BRIDGES.

À côté des formations techniques, les formateurs ont également mis l’accent sur l’accompagnement psychologique et les ‘life-skills’, qui apportent un soutien essentiel en ces temps difficiles, où beaucoup perdent espoir. L’attribution d’un petit budget pour couvrir les frais Internet et téléphoniques a évité que de nombreuses personnes soient complètement coupées des formations. L’engagement des participants a fait le succès de ces formations en ligne. « C’était la première fois que je prenais des cours en ligne et j’ai beaucoup apprécié cette approche car elle nous permettait d’être plus productifs » découvre Hashem.

Le Centre de Sweida a lancé l’initiative “Stay Positive”, qui a diffusé de courtes vidéos et des conférences pour soutenir les familles et les jeunes dans cette crise.

Comment envisagez-vous la suite des formations maintenant que les centres rouvrent ?

La crise du Covid-19 nous a permis d’élargir nos cours à d’autres thématiques, par exemple des modules de sensibilisation et de formation dans le domaine de la santé.

Elle nous a aussi poussés à proposer des cours en ligne, et nous avons constaté qu’il y avait une réelle demande : nous avons reçu plus de 1 000 candidatures après l’ouverture des inscriptions pour des formations en ligne ! Nous allons donc développer de nouveaux modules de formation en ligne. Ces enseignements viendront compléter les formations en présentiel, car ils ne remplacent pas le contact humain et le lien social. « Les étudiants ont apprécié ces cours mais ils attendent toujours de pouvoir revenir dans les centres » constate Dana, formatrice du programme Bridges. Et Thanaa de confirmer : « Même si nous avons beaucoup apprécié les cours en ligne, nous avons hâte de retourner dans les centres afin de travailler de manière plus concrète et de voir le résultat de notre travail. Nous voulons être fiers de nous, comme nous voulons que nos enseignants le soient. »

En Syrie, la création de nouveaux parcours de formation en ligne, adaptés aux besoins des jeunes, des entrepreneurs et des familles permet ainsi de toucher et d’accompagner davantage de personnes. Agile et bien connectée aux personnes qu’elle accompagne, l’équipe de l’IECD en Syrie a su s’adapter rapidement pour renforcer son engagement auprès des plus fragiles.