LOCALISATION

CAMEROUN
Yaoundé, Douala

PARTENAIRES LOCAUX

GEDREPACAM (Groupement d’Études sur la Drépanocytose au Cameroun) et le CPC (Centre Pasteur du Cameroun)

DÉBUT DU PROJET

2015

Lors de la kermesse du lycée, nous avons organisé une minute de silence dédiée à un élève de classe de première qui était drépanocytaire et qui est décédé récemment. Une quête avait été lancée parmi les camarades de première afin d’appuyer la famille à prendre en charge l’hospitalisation. Après le décès de notre camarade drépanocytaire, certains élèves se sont rapprochés du Club santé pour obtenir davantage d’informations sur la maladie. Comme nous avions déjà reçu l’année dernière une session de formation sur la drépanocytose délivrée par l’équipe de l’IECD, nous avons été en mesure de répondre aux questions. »

Président et Vice-Président du Club santé du Lycée d’Ekounou

CAMEROUN – Amélioration de la prise en charge des personnes atteintes de drépanocytose

Le programme d’amélioration de prise en charge de la drépanocytose a été essaimé au Cameroun en 2015, en partenariat avec le GEDREPACAM et le Centre Pasteur du Cameroun. Développé dans un premier temps avec 4 structures de santé à Yaoundé, il s’est étendu à Douala, avec 3 autres maternités. L’IECD a permis la mise en place de plusieurs actions : le dépistage à la naissance systématique dans 7 maternités (action pilote), la formation du personnel médical pour diagnostiquer et prendre en charge les malades, l’accompagnement des familles touchées par la drépanocytose ainsi que la mise en place d’actions de prévention auprès d’un jeune public.

CAUSERIES ÉDUCATIVES ET ÉDUCATION PRIMAIRE

La maladie d’un enfant est un drame dans une famille : pour aider les parents et personnes drépanocytaires à surmonter leurs difficultés, des séances d’éducation thérapeutique, les « causeries éducatives », permettent d’échanger, de conseiller et d’assurer une meilleure qualité de suivi des malades. En 2016, la prévention primaire a débuté dans les lycées : les lycéens, futurs parents, sont invités à mieux comprendre la maladie et les modes de transmission. C’est aussi l’occasion pour les élèves et enseignants de mieux accepter la maladie de l’autre, de ne pas stigmatiser les élèves drépanocytaires et de mettre en place des dispositifs d’aide à leur intention.

INCITER LES PARENTS À VENIR CHERCHER LES RÉSULTATS DU DÉPISTAGE

Les centres de santé s’attachent à retrouver un maximum de drépanocytaires dépistés afin de les intégrer dans le programme de prise en charge précoce. Pour inciter les parents à venir récupérer les résultats, une campagne d’envoi de SMS a été mise en place fin 2016 :ce système a permis de doubler la transmission des résultats aux parents.

Résultats 2017 :

  • 13 000 enfants dépistés.
  • 100 personnes prises en charge.
  • 19 000 personnes sensibilisées.
  • 160 professionnels de santé formés.