LOCALISATION

DÉBUT DU PROJET

1992

NIVEAUX DE QUALIFICATION

– Niveau 5e dans les 30 écoles familiales agricoles (EFA)
– Niveau CAP dans les 3 instituts de formation à l’entrepreneuriat rural (IFER)

Aujourd’hui, je n’ai plus de problème financier avec mes parents, je suis autonome même si je vis toujours chez eux et je peux leur donner des conseils. Je cultive en attendant de pouvoir lancer une activité d’élevage de poulet. En ce moment, j’ai une culture de soja en place car son cycle est très court et j’ai déjà un acheteur, un éleveur de porc.

JEAN WILFRIED WAKA

Etudiant en CAP agricole à l’IFERA de Yamoussoukro et ancien élève de l’EFA d’Assinzé

LA LETTRE
DES FORMATIONS AGRICOLES

Former les jeunes aux métiers de l’agriculture

L’action du programme des formations agricoles au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en République démocratique du Congo se situe au carrefour de trois enjeux majeurs : bien qu’ils disposent d’un fort potentiel agricole, ces trois pays sont caractérisés par d’importants niveaux de pauvreté en zones rurales. Les jeunes sont plus particulièrement touchés et n’accèdent généralement qu’à des emplois précaires et mal rémunérés. Principale cause des difficultés d’insertion professionnelle des jeunes ruraux, l’offre d’éducation scolaire et de formation professionnelle demeure inadaptée aux besoins des économies locales et aux attentes des jeunes. Par conséquent, ils ont tendance à quitter le système éducatif précocement et à affronter le marché de l’emploi sans réelle qualification.

Pour répondre à cette problématique, l’IECD et ses partenaires développent un réseau d’écoles agricoles par alternance au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en RDC pour offrir des formations professionnelles adaptées aux jeunes de 13 à 25 ans. Ainsi, 30 écoles familiales agricoles (EFA) proposent une formation de 1 à 3 ans de niveau 6e et 5e et 3 instituts de formation à l’entrepreneuriat rural (IFER) proposent une formation de 2 à 3 ans de niveau CAP agriculture.

LA PÉDAGOGIE DE L’ALTERNANCE, AU CŒUR DE LA FORMATION

La formation proposée est fondée sur la pédagogie de l’alternance, une pédagogie active qui place le jeune au coeur de sa formation. En effet, celuici découvre le métier d’entrepreneur agricole via des périodes de stages de 2 à 4 semaines. Puis, il partage ses connaissances de retour à l’école à travers une séance appelée la “mise en commun” et complète ses connaissances grâce aux cours théoriques, aux visites d’étude et à la mise en pratique dans les jardins potagers et ateliers d’élevage didactiques de l’école. Enfin, les formateurs invitent les entrepreneurs agricoles locaux et représentants d’entreprises agricoles à participer à la formation en animant des interventions sur leur filière ou métier.

Cette interaction permanente entre pratique et théorie permet une assimilation rapide et efficace des notions. Chaque fin d’année scolaire est l’occasion de faire un bilan : les élèves sont évalués à travers l’approche par compétences (APC) et l’examen est complété par une soutenance de projet ou un examen final pour les élèves en dernière année. À l’EFA, ce projet s’appelle le MPE – « Ma Première Entreprise ».

Enfin, les écoles mobilisent les entrepreneurs agricoles et les parents d’élèves tout au long du cursus scolaire et organisent des formations modulaires de 1/2 à 1 jour sur les techniques innovantes d’agriculture et d’élevage.

Résultats 2017 :

  • 786 jeunes formés en 2016-2017 dont 658 en EFA et 128 en IFER.
  • 86 % des jeunes sont en activité et 9% sont en poursuite d’études à l’issue de leur formation.
  • 75 % des anciens élèves peuvent subvenir quotidiennement à leurs besoins.
  • 1 267 entrepreneurs agricoles et parents d’élèves formés aux techniques agricoles innovantes (formations modulaires de 1/2 à 1 jour)