DÉBUT DU PROJET

1998

Voilà 10 ans que je mène des activités sans trop savoir par quel bout les prendre. Mon manque d’organisation me fatiguait et avant de venir à la formation, j’étais pessimiste. Dès les premières séances, les choses ont changé. De 3 cartons d’oeufs par jour je passe à 7 cartons vendus. Et puis je sais maintenant comment maintenir ma relation avec mes clients à partir de ces 3 mots que je n’oublierai jamais : la transparence, la cordialité et la confiance. Mais ma meilleure récompense, c’est d’avoir su m’organiser pour m’occuper de mon enfant et de mon activité ».

Salimata KOMENAN

Élève de la Formation de base en gestion en 2016, Abidjan – Côte d’Ivoire

Pauline

Demande de renseignements sur le programme d’appui aux petites entreprises : pauline.NGUYEN@iecd.org

LE RÉSEAU ENTREPRISES DÉVELOPPEMENT

Le Réseau Entreprises Développement (RED) réunit les associations locales qui se sont progressivement constituées pour mettre en œuvre et superviser les activités du programme d’Appui aux petites entreprises, en partenariat avec l’IECD. Depuis 2010, le travail collaboratif s’est traduit par l’organisation de séminaires annuels permettant des échanges sur l’élaboration des contenus de formation ainsi qu’une réflexion commune sur la méthodologie. Ensemble, les membres du Réseau s’engagent à développer, améliorer, faire croître et préserver l’unité du Programme d’Appui aux TPE.

LA LETTRE
DU PROGRAMME D’APPUI
AUX PETITES ENTREPRISES

Le programme d’Appui aux petites entreprises (TPE)

76 %

des entrepreneurs diplômés ont une épargne professionnelle et/ou personnelle et préparent le développement de leur entreprise, 6 mois après la fin de la formation (contre 52 % à l’inscription).

81 %

des entrepreneurs utilisent au moins un outil de gestion (journal de caisse, fiche de stock, etc.), 6 mois après la fin de la formation (contre 36 % à l’inscription).

Depuis 1998, l’IECD et ses partenaires mettent en oeuvre le Programme d’Appui aux petites entreprises (TPE), qui accompagne chefs d’entreprises et porteurs de projet dans la création, la consolidation et la pérennisation de leur activité. Il est aujourd’hui déployé dans 9 pays, le dernier en date étant l’Égypte qui a lancé ses activités cette année. Il a également été mené en Syrie jusqu’en 2011.

Les résultats sont visibles rapidement et les entreprises génèrent des bénéfices stables et durables, ou en augmentation. Certaines créent des emplois. Elles contribuent à l’amélioration des conditions de vie de l’entrepreneur, de sa famille et de ses employés.

Résultats 2017 :

  • Près de 4 500 entrepreneurs et porteurs de projet ont été formés et accompagnés, dont 45% de femmes.
  • 60 % des entrepreneurs ont augmenté leur chiffre d’affaires 6 mois après la formation.
  • 25 % des entrepreneurs ont recruté au moins une personne 6 mois après leur formation.

Améliorations 2017 :

  • Un nouveau parcours de formation et d’accompagnement, basé sur une pédagogie innovante, à destination des vendeuses et vendeurs de rue vulnérables a vu le jour : Top Vente.
  • Au cours du séminaire annuel qui s’est tenu à Brazzaville en novembre 2017, les ateliers ont permis d’améliorer les méthodes d’accompagnement et de coaching, de réviser le disposiif de suivi-évaluation et d’instaurer un système de certification des formateurs.

LES FEMMES À L’HONNEUR !

En s’appuyant sur le constat que deux tiers des entreprises créées dans le monde le sont par des femmes, les programmes de l’IECD misent sur leur autonomisation financière comme vecteur essentiel de développement économique pérenne. Cependant, les obstacles pour y parvenir sont nombreux et force est de reconnaître que les revenus issus de leurs activités ont un potentiel de croissance limité. L’IECD tissent des liens avec des partenaires locaux impliqués dans la promotion de l’autonomisation des femmes et met en place de nombreuses initiatives qui soutiennent les femmes dans le développement de leurs activités : 40% des bénéficiaires du Programme d’appui aux TPE de l’IECD sont actuellement des femmes et ce pourcentage est particulièrement élevé dans certains pays (80% dans les Territoires palestiniens, 78% au Liban, 76% au Vietnam, 64% à Madagascar). Certains projets sont même exclusivement réservés aux femmes. Ainsi, en Palestine, l’IECD soutient le développement d’une coopérative de femmes qui emploie actuellement une vingtaine d’ouvrières et propose également une formation agroalimentaire pour apporter aux femmes de la région de Jérusalem Est des techniques de marketing et de gestion. Au Vietnam, l’IECD travaille depuis fin 2015 avec l’Union des Femmes, une organisation socio-politique qui aide et soutient les femmes vietnamiennes dans leurs démarches. En 2016, l’IECD a formé une cinquantaine de femmes de cette organisation aux bases de gestion. Au Congo Brazzaville, 32 jeunes filles des rues ont participé à la formation de base en gestion, grâce à un partenariat avec l’association ASI. En cohérence avec ces projets, l’IECD a construit un partenariat avec le groupe Bel qui a pour ambition d’accompagner et de former les vendeurs de rue de Côte d’Ivoire, RDC et du Vietnam, dont une majorité de femmes, à la gestion de leur activité commerciale.

LES TROIS AXES DE DÉVELOPPEMENT DU PROGRAMME TPE

1. La prise de conscience de l’entrepreneur : des outils de base pour la pérennité
de l’entreprise

2. Professionnalisation de l’entrepreneur : des outils et un écosystème pour la croissance de l’entreprise

3. Services lucratifs : développer un modèle économique pérenne en proposant une offre de services complète

La Formation de base en gestion (FBG) s’adresse aux entrepreneurs en activité, et les entrepreneurs en devenir sont également soutenus par la Formation porteur de projet (FPP). Ces deux formations incluent à la fois des séances théoriques en salle et plusieurs heures d’accompagnement individuel, jusqu’à 1 an après la fin de la formation. Cet appui joue un rôle essentiel dans l’appropriation des notions et des outils de gestion par les entrepreneurs. Un nouveau cursus de formation pour les vendeurs et vendeuses de rue, la Formation Top Vente (FTV), a été conçue et expérimentée en 2017.

À l’issue de cet accompagnement et afin d’éviter l’isolement des entrepreneurs en exercice, l’IECD et ses partenaires ont eu l’idée de créer les clubs des entrepreneurs où sont proposés des soirées thématiques, des formations spécialisées, des conseils personnalisés ainsi qu’un accès à une salle informatique. Le club favorise la création d’un réseau et offre l’opportunité de mettre ses connaissances à jour ou de renforcer ses compétences.

L’IECD et ses partenaires offrent des prestations sur mesure de formations, études diagnostics, conseils pour des structures plus importantes (services publics, grands groupes, grosses entreprises locales, etc.). Elles permettent de s’acheminer vers un meilleur équilibre économique du programme, en générant des revenus tout en faisant profiter les grandes entreprises de l’expertise acquise au sein du programme. Il s’agit donc de la commercialisation des activités 1 et 2 auprès d’autres structures.