DÉBUT DU PROJET

1992

Les Écoles familiales agricoles – Former les jeunes ruraux aux métiers de l’agriculture – 2012

Aujourd’hui, je n’ai plus de problème financier avec mes parents, je suis autonome même si je vis toujours chez eux et je peux leur donner des conseils. Je cultive en attendant de pouvoir lancer une activité d’élevage de poulet. En ce moment, j’ai une culture de soja en place car son cycle est très court et j’ai déjà un acheteur, un éleveur de porc.

JEAN WILFRIED WAKA

Etudiant en CAP agricole à l’IFERA de Yamoussoukro et ancien élève de l’EFA d’Assinzé

PROMOUVOIR LA FORMATION AUPRÈS DES JEUNES FILLES

L’un des enjeux du programme est de toucher un plus large public féminin. En Afrique subsaharienne, ce sont les femmes qui traditionnellement travaillent aux champs. Cependant, ce sont aussi les moins formées. Au sein des EFA, nous atteignons quasiment la parité.

Gar+ºons-Filles-EFANombre moyen de jeunes filles scolarisées en EFA en 2015/2016 sur les trois pays

ENQUÊTES

  • 83% des jeunes actifs exercent une activité d’agriculture ou d’élevage.

  • 85% des jeunes formés considèrent avoir une meilleur maîtrise technique de leur activité.

  • 59% des jeunes considèrent avoir une meilleure gestion de leur budget.

  • 85% des jeunes formés sont en activité 1 an après leur formation (activité professionnelle ou poursuite des études).

Métiers agricoles

Au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en République démocratique du Congo, la majorité de la population vit de l’agriculture. Cependant, avec près de 60% de pauvreté en milieu rural, les métiers agricoles sont très dévalorisés et les jeunes préfèrent tenter leur chance en ville.

Pourtant, la demande croissante en produits agricoles entraîne des besoins importants en main d’œuvre qualifiée. Les jeunes, pas assez formés (la moitié d’entre eux quitte l’école à la fin du primaire) ne peuvent saisir ces opportunités. Dans ces trois pays, l’IECD et ses partenaires construisent un réseau d’Écoles Familiales Agricoles (EFA) et d’Instituts de formation à l’entrepreneuriat rural et agricole (IFER-A), dont l’objectif est de former des jeunes de 13 à 25 ans aux métiers de l’agriculture, à travers une offre de formation de 1 à 5 ans, ainsi qu’une approche basée sur la pédagogie de l’alternance.

LE CYCLE DE FORMATION

À chaque étape correspond un niveau de compétences qui permet à tout élève de sortir de l’école et de créer un projet entrepreneurial, y compris dès la première année.

LA PÉDAGOGIE DE L’ALTERNANCE

L’apprentissage par la pratique est un des axes forts des programmes de formation de l’IECD. La formation en EFA/IFER(A) alterne entre des cycles de deux semaines de cours théoriques en classe (en rouge sur le schéma ci-dessous) et de deux semaines sur le terrain ou en stage auprès des entreprises locales (en gris). Aujourd’hui, 36 EFA (soit 95%) ont un jardin expérimental ou une ferme didactique, permettant aux jeunes de s’exercer et d’être évalués en situation réelle.

Résultats 2016 :

  • 1 179 jeunes formés en EFA et IFER dont 46 % de filles en 2015-2016.
  • 38 EFA et 3 IFER-A Écoles Familiales Agricoles Instituts de Formation à l’Entrepreneuriat Rural (et Agricole).
  • 111 formateurs formés à la pédagogie de l’alternance.
  • 85% des élèves d’EFA et d’IFER sont en activité 6 mois après leur formation : 68% ont un emploi et 32% sont en poursuite de formation.