DÉBUT DU PROJET

1992

Les Écoles familiales agricoles – Former les jeunes ruraux aux métiers de l’agriculture – 2012

Aujourd’hui, je n’ai plus de problème financier avec mes parents, je suis autonome même si je vis toujours chez eux et je peux leur donner des conseils. Je cultive en attendant de pouvoir lancer une activité d’élevage de poulet. En ce moment, j’ai une culture de soja en place car son cycle est très court et j’ai déjà un acheteur, un éleveur de porc.

JEAN WILFRIED WAKA

Etudiant en CAP agricole à l’IFERA de Yamoussoukro et ancien élève de l’EFA d’Assinzé

Métiers agricoles

Au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en République démocratique du Congo, la majorité de la population vit de l’agriculture et la demande de produits agricoles est en croissance, avec des opportunités à l’export et le développement du marché intérieur. En milieu rural, les jeunes, souvent peu formés, manquent cependant des capacités nécessaires pour développer des activités génératrices de revenus. Leurs perspectives limitées d’insertion à long terme, avec près de 60 % de pauvreté en milieu rural, les incitent à migrer vers les villes.

Depuis plus de 20 ans, l’IECD et ses partenaires locaux développent un réseau d’Ecoles Familiales Agricoles (EFA) afin de former ces jeunes en agriculture et en élevage ; 3 Instituts de Formation à l’Entrepreneuriat Rural (IFER) offrent une formation diplômante de niveau CAP après l’EFA. Ces centres proposent une formation par alternance, menant de l’observation des pratiques et techniques agricoles en stage à leur appropriation à l’école, puis à leur application en autonomie.

Un diagnostic externe du réseau début 2015 a réaffirmé la pertinence du modèle et a conduit à revoir le dispositif de formation afin de mieux répondre aux besoins des jeunes et des communautés. Depuis la rentrée 2015, un jeune déscolarisé en fin de primaire peut suivre une formation de 1 an, 3 ans ou 5 ans en fonction de sa motivation et de son projet. A chaque cycle, il acquiert de nouvelles compétences lui permettant de s’insérer professionnellement. Dès la 1ère année de formation à l’EFA, l’élève apprend à mener une activité génératrice de revenus, en production animale ou végétale. Au terme de 2 années supplémentaires, dans une EFA régionale, il est capable de gérer sa « première entreprise », en autonomie ou au sein de l’exploitation familiale. A l’issue de la 5ème année de formation en IFER, le jeune peut créer une entreprise en autonomie, obtenir un emploi qualifié ou poursuivre ses études.

Pour la mise en œuvre de ce dispositif, 38 EFA bénéficient d’un accompagnement pédagogique, technique et matériel renforcé, dont 10 dans le cadre de partenariats techniques et financiers innovants avec des entreprises locales du secteur agricole.

Résultats 2015 :

  • 1 592 jeunes de 13 à 19 ans (dont 54 % de filles) qui étaient déscolarisés, formés aux métiers agricoles dans une EFA ou un IFER à la fin de l’année scolaire en juin 2015.
  • 743 nouveaux élèves, dont 46 % de filles, ont intégré la nouvelle promotion en 1ère année à la rentrée de septembre 2015.
  • 135 formateurs formés et accompagnés à la pédagogie de l’alternance.
  • 509 parents d’élèves formés pour améliorer leurs techniques de production agricole.

Bénéficiaires indirects :

  • Les familles des élèves améliorent leur niveau de vie, en augmentant leurs revenus grâce au transfert de compétences des nouvelles méthodes et techniques acquises par leurs enfants ;
  • Les employeurs actuels et futurs des étudiants (entreprises, coopératives, etc.) bénéficient des qualifications techniques et de gestion de leurs employés.