L’IECD place la question de l’emploi des jeunes au cœur de son action par la mise en œuvre de projets de formation et d’insertion professionnelles visant à renforcer l’employabilité des jeunes dans les pays en développement et en transition.

Mondialement, ce sont en effet plus de 75 millions de jeunes qui sont sans emploi, en raison de l’état général de l’économie et du marché du travail mais aussi de l’inadéquation entre leurs compétences et les besoins des entreprises. La région MENA, avec plus de 60% de moins de 30 ans, possède le plus haut taux de chômage des jeunes, il se situe entre 25 et 40%. En Afrique subsaharienne chaque année, 11 millions de jeunes entrent sur le marché du travail. La formation et l’insertion professionnelles des jeunes s’imposent ainsi comme une priorité pour assurer l’avenir des populations.

Dans ces régions, des secteurs dynamiques et porteurs d’emploi pourraient offrir des débouchés durables à des jeunes qualifiés mais actuellement, l’enseignement technique est souvent trop théorique et éloigné des réalités économiques et professionnelles, ce qui mène à la dévalorisation de ces filières et à un décalage entre les compétences des jeunes et les besoins des entreprises.

A travers leurs projets, l’IECD et ses partenaires permettent aux jeunes d’acquérir les compétences techniques et transversales (notamment en développement personnel) pour exercer un métier qui leur permettra de s’insérer professionnellement de façon durable en étant davantage en phase avec les besoins et réalités du marché du travail.

Par ses différents programmes, l’IECD met en œuvre une variété de dispositifs de formation pour des jeunes – filles et garçons – ayant un accès limité à l’éducation ou dont la formation initiale est en inadéquation avec les besoins des entreprises :

  • la formation initiale
    • longue et diplômante
    • longue et qualifiante
    • courte et qualifiante
  • la formation continue des professionnels

L’IECD privilégie les établissements déjà existants ; il les aide à améliorer leur offre pédagogique et à se renforcer sur le plan institutionnel. Quand il n’existe aucune structure adaptée, l’IECD participe alors à la création d’un centre de formation.

Le programme « Graines d’Espérance » au Liban : former les jeunes aux métiers de l’électricité – 2012

Les écoles familiales agricoles : former les jeunes ruraux aux métiers de l’agriculture – 2012

L’école Hôtelière de Mae Sot en Thaïlande : former les jeunes karens aux métiers de l’hôtellerie-restauration – 2013

LIBAN – Projet BRIDGES – Appui à l’intégration socio-économique des jeunes

SYRIE – Le centre de formation professionnelle de Salamieh

SYRIE – Centre de formation professionnelle pour les jeunes syriens en situation de vulnérabilité

Côte d’Ivoire – Formation des jeunes aux métiers de l’électricité

Madagascar – École hôtelière La Rizière à Fianarantsoa

Thaïlande – L’école hôtelière HCTC de Mae Sot

Cameroun – Écoles familiales agricoles

Côte d’Ivoire – Écoles familiales agricoles

République démocratique du Congo – Écoles Familiales Agricoles

Égypte – Formation des jeunes aux métiers de l’électricité et de la mécanique

LIBAN – Formation des jeunes aux métiers de l’électrotechnique

Maroc – Formation des jeunes en électricité

NIGÉRIA – Formation des jeunes en électrotechnique et électromécanique

LIBAN – Formation technique et insertion socio-professionnelle pour les jeunes libanais et réfugiés syriens

LIBAN – Guidance Employment Training (GET) – Favoriser l’accès à l’emploi des jeunes

LIBAN – Insertion professionnelle des jeunes à besoins spécifiques

Syrie – Le renforcement des capacités du tissu associatif syrien (projet TEAM)

Myanmar – Centre de formation professionnelle du Lac Inle

Plateforme régionale ASSET – H&C

SYRIE – Formation et insertion socio-économique par la création d’activités rémunératrices – Programme BRIDGES

Vietnam – Les Écoles de boulangerie-pâtisserie

Vietnam – Formation des jeunes aux métiers de l’électricité